Les liens de la semaine – Édition #50

Développement

Web

.NET

Technologie

Science et autres

Comment exécuter Visual Studio en mode administrateur à tout coup

À mon avis, le plus gros des irritants à utiliser Visual Studio (toutes versions confondues) sur Windows 7 et 8 est le fait que vous êtes contraint à l’exécuter en mode administrateur pour certaines tâches.

Hélas, le problème n’est pas causé par Visual Studio en soi. Il s’agit de la protection sur les accès utilisateur (UAC) en place depuis Windows Vista.

Après tout, ce n’est pas l’obligation d’avoir à exécuter Visual Studio avec les droits d’administrateur qui est irritant. C’est que vous allez invariablement oublier quelques fois par semaine de l’exécuter dans ce mode et devoir redémarrer le logiciel. Une vraie perte de temps.

Il y a trois façons de résoudre cette situation :

  • Désactiver la protection sur les accès utilisateurs. Je peux vous garantir que votre administrateur réseau n’appréciera pas.
  • À partir du menu démarrer, cliquer sur l’icône de Visual Studio avec le bouton droit de la souris et le démarrer en mode administrateur.
  • Permettre l’exécution systématique de Visual Studio en mode administrateur à l’aide de l’assistant de compatibilité.

Cette dernière solution demande une manipulation de l’exécutable de Visual Studio pour y arriver. Il n’est pas possible de modifier la préférence d’exécution en mode administrateur à partir d’un raccourci situé dans le menu démarrer ou même dans la barre de tâches.

Pour ce faire, il faut aller modifier les préférences d’exécution en mode administrateur en allant modifier les paramètres d’exécution en mode compatibilité de l’application. Il suffit de quelques clics pour y arriver.

  1. Exécuter Visual Studio (devenv.exe) situé sous C:\Program Files (x86)\Microsoft Visual Studio 11.0\Common7\IDE.
  2. Clic droit pour visiter le menu « Troubleshoot compatibility« .
  3. Sélectionner l’option « Troubleshoot program« .
  4. Cocher l’option « The program requires additional permissions« .
  5. Cliquer sur Suivant et enregistrer les paramètres.

Notez que les éléments de menus sont en anglais, car je n’ai pas accès à un système d’exploitation Windows en français. Je crois que le geek moyen sera en mesure de faire le pont.

Une fois ces paramètres configurés, vous serez en mesure d’exécuter Visual Studio automatiquement en mode administrateur à tous les coups.

Les liens de la semaine – Édition #49

Je collecte ces liens dans le courant de la semaine, mais je n’ai jamais noté de qui provenait ceux-ci. Si jamais vous vous reconnaissez, je vous dis : merci!

Développement

.NET

Technologie

Web

Science et autres

Chers amis recruteurs, un message d’intérêt public : non.

J’ai une confession à faire.

Un des domaines d’emploi qui m’intrigue le plus est celui du recrutement. À l’image du modèle d’un courtier hypothécaire, le recruteur sera généralement employé par une compagnie afin de dénicher le ou les candidats pouvant cadrer dans ses plans d’embauche.

Les recruteurs, en soi, ça me laisse un peu indifférent. Après tout, il y a une demande pour ce genre de boulot et ils le font. Qui sait? Peut-être même qu’un jour je serais tenté de faire affaire avec l’un d’eux dans ma carrière professionnelle.

Selon l’impression que j’en ai, il s’agit d’un domaine où l’emploi en question est peu gratifiant. De plus, il semble que tous les coups sont permis afin de joindre les candidats potentiels.

Là où je suis sévèrement irrité, c’est lorsqu’on tente de me débaucher sans que ça soit moi qui aie fait les premières démarches. Est-ce qu’il y a quelque chose de pire que de recevoir l’appel, à son téléphone de bureau, d’un recruteur inopportun? À chaque fois, j’ai été choqué de l’interaction.

Une fois, j’ai même été mis au courant, par un collègue, d’un recruteur qui avait sollicité certains de ceux-ci par l’entremise de mon compte LinkedIn. Le point fâcheux est qu’il mettait de l’emphase en mentionnant qu’il était une bonne connaissance à moi. Ce qui était évidemment faux.

Il faut être désespéré pas rien qu’un peu, n’est-ce pas?

La principale anecdote, juteuse, que j’ai à ce sujet est en lien avec un recruteur qui a tenté de me rejoindre à mon bureau, mais qui a eu l’audace de me laisser un message sur ma boîte vocale. D’autant plus que le recruteur en question était entièrement anglophone et venait de Toronto.

Ayant accès à l’enregistrement du message vocal, je me suis dit que je pourrais l’immortaliser ici même pour votre grand plaisir. D’ailleurs, si le poste vous intéresse, vous pouvez lui laisser un appel, car je ne suis pas intéressé par son offre.

Ceci étant dit, chers amis recruteurs, ne passez pas par mon téléphone de bureau pour tenter de me rejoindre. C’est peine perdue à ce niveau. Tenez-vous cela pour dit, recevoir un appel de ce genre d’un recruteur est, à mon avis, du même genre que de recevoir des appels de sondage ou de publicité non sollicités. Envahissant!

N’y pensez même pas!