Être geek et la politique: une réflexion à saveur électorale non partisane

Alors que le Québec est lancé en élections par Pauline Marois, le geek en moi s’est lancé dans une réflexion à saveur électorale. Ce que je me suis initialement demandé est la question suivante: comment déterminer le parti politique qui représentera le mieux mes intérêts de citoyen? Généralement, il faut aller scruter le programme offert par les différents partis et déterminer ce qui représente au mieux nos valeurs selon les axes de l’économie, la santé et même l’éducation.

Ceci est le chemin habituellement emprunté par le citoyen moyen. Où sont représenté mes intérêts geek dans tout ça? Je me définis comme quelqu’un de geek. Je collectionne les bidules électroniques, je lis énormément sur la technologie et je gagne même ma vie dans le développement web.

Il est difficile d’estimer le nombre de gens qui se définissent comme « Geek » dans la population. D’une part parce que la question ne figure pas dans les questions officiellement posées au recensement et de l’autre part parce que la définition de « Geek » est assez large.

Citons Wikipédia :

Le terme s’est rapidement développé depuis l’émergence des nouvelles techniques à la fin des années 1950, ne désignant plus quelqu’un possédant une simple passion pour l’informatique, mais une passion pour plusieurs domaines différents parmi lesquels la science-fiction ou le fantastique. Avec l’émergence de la génération Y, familiarisée en masse avec la culture du jeu vidéo, cette culture geek, perçue jusque-là comme minoritaire et péjorative, tend à se populariser auprès de la population et des médias

Ces dernières années, être geek est très à la mode et parfois même relativement romantique. À ce qu’il paraît, les geeks sont même de meilleurs amants au lit

Ceci étant dit, le fait d’être geek ne devrait-il pas être une donnée démographique dont les partis politiques devraient tenir compte? Je pose la question et je n’ai pas vraiment la réponse.

Quoi faire pour que le geek moyen se sente interpellé par le message d’un parti politique? Est-ce que cela passe par la façon dont les promesses électorales sont formulées? La création d’un lobby pro-geek? Ou même, est-ce qu’un « Parti Geek » serait la bonne réponse à ceci?

Lors de la dernière campagne électorale, le « Parti Geek Québec » avait fait surface suggérant certaines lois et règlements qui serait pro-geek s’il était élu. L’initiative m’avait fait sourire. Je suis de ceux qui croient qu’il ne faut pas toujours prendre au sérieux la politique.

Dans la même veine, pourquoi ne pourrions-nous pas nous permettre de penser à des initiatives pro-geek? Je verrais la subvention de studios de création spécialisés dans le gif animé, de renommer un port maritime le « Port Quatre-Vingt » ou même l’utilisation de la monnaie Bitcoin pour le paiement des employés de l’état.

Se permettre de reprendre le discours politique habituellement et le teinter à la sauce geek. Il me semble que nous avons assez de contenu pour nous amuser pendant un bon moment.

Qu’en pensez-vous?

Advertisements

2 avis sur « Être geek et la politique: une réflexion à saveur électorale non partisane »

  1. sarrazinc dit :

    Le « Port Quatre-Vingt » -> Ahahahah !
    Excellent billet!

  2. […] j’ai lancé une réflexion sur la représentation de la population geek au sein des partis politiques actuels. L’idée est de vouloir comprendre ce que ça prendrait pour que les geeks se sentent […]

Laisser un commentaire

Entrer les renseignements ci-dessous ou cliquer sur une icône pour ouvrir une session :

Logo WordPress.com

Vous commentez à l’aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l’aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l’aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l’aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s

%d blogueurs aiment ce contenu :