Les liens de la semaine – Édition #88

Développement

.NET

Web

Technologie

Science et autres

Qu’est-ce que les T4 Templates?

Il y a de ces petits bouts de technologie où vous vous dites que vous devriez prendre plus de temps pour y faire le tour. Un de ces cas est la création de fichiers générés à l’aide de gabarits T4.

Qu’est-ce qu’un gabarit T4? En premier lieu, T4 est l’acronyme de Text Template Transformation Toolkit. Il s’agit d’un module permettant la génération de texte basé sur des gabarits programmés. C’est exactement par là notion de gabarits programmés qui rend les T4 intéressants.

Vous avez une idée des possibilités à portée de main? Vous pouvez programmer des gabarits à l’aide de tout l’arsenal que vous offre le langage C#. C’est à dire, par exemple, générer des fichiers de code, basés sur une requête de base de données, que vous pourrez compiler par la suite afin de réduire le temps de transcription de propriétés.

Cette technique est présente dans le monde .NET depuis déjà un bon moment. Vous vous souvenez qu’ASP.NET MVC génère automatiquement le contenu d’une vue fortement typée sur un modèle? Hé bien, cette fonctionnalité est justement basée sur les T4.

Le système des T4 en un seul exemple

Quoi de mieux qu’un bout de code pour illustrer ce qu’il est possible de faire avec les T4. Avant tout, il faut savoir qu’il y a deux types de gabarits:

  • Run-Time: génère du code qui est basé sur le gabarit que vous aurez écrit. Notamment, cela permet de compiler votre gabarit et de le référencer par programmation.
  • Texte: ce qui sera généré sera un simple fichier texte.

Ceci étant dit, mon exemple sera basé sur le modèle du gabarit de fichier texte afin de garder ça simple.

Une fois généré, ce gabarit va écrire les chiffres 0 à 10 sur une ligne individuellement.

Votre imagination est la seule limite

La première utilisation des gabarits T4 à considérer est l’échafaudage de code comme le fait déjà ASP.NET MVC. À chaque fois que vous devez copier/coller du code ou même dupliquer une structure en faisant varier le nom, l’utilisation des gabarits T4 serait à considérer.

L’exemple d’ASP.NET MVC de l’utilisation des T4 est super pertinent, car ce n’est pas seulement les fichiers de code C# qui peuvent être générés automatiquement. Vous pouvez penser aussi à générer des vues automatiquement, par exemple, et ce n’est pas tout! Vous pouvez même personnaliser les gabarits qui sont livrés avec MVC.

Il est difficile de résumer l’utilisation des gabarits T4 en quelques paragraphes. L’engin est puissant et permet d’accomplir beaucoup et d’en tirer beaucoup de bénéfices dans la mise en place de solutions logicielles .NET. Je crois que cela vaut la peine d’être exploré dans beaucoup de situations. Profitez-en, c’est gratuit!

Sources

Les liens de la semaine – Édition #87

Développement

.NET

Technologie

Web

Science et autres

Une exploration du Google Web Starter Kit

Dernièrement, Google a publié le Web Starter Kit. Ce projet se présente comme une référence sur l’état du développement de sites web. Si vous vous demandez à quoi ressemble le développement web de cette époque, il vous faut jeter un coup d’œil à ce projet.

Ce que vous fournit ce projet est le minimum d’outillage nécessaire pour monter des pages web permettant de cibler des rendus multiappareils. En quelques mots, vous y retrouverez notamment:

  • Un guide de style et un design Responsive
  • L’utilisation de Sass pour la compilation du CSS
  • Synchronisation temps réel de vos changements avec BrowserSync.

Pour mettre la main sur le code, le plus simple est de passer par Github en clonant le repository à l’URL https://github.com/google/web-starter-kit.git.

Côté technologie, Web Starter Kit est propulsé par quatre éléments bien distincts:

Ce qui rend intéressant ce projet est l’outillage permettant de construire les ressources externes de celui-ci. Pour démarrer avec ce projet, il faut avoir les quatre librairies mentionnées ci-dessus sur votre poste. Une fois qu’elles sont installées, la combinaison des commandes npm install –global gulp et npm install dans le dossier du projet vous permettront d’être prêt.

Pour accéder au serveur local, il vous suffira d’exécuter la commande gulp serve.

Avec ces éléments, vous pouvez démarrer un serveur local, compiler vos fiches de style Sass en CSS et recharger instantanément vos changements dans votre navigateur et il y en a même plus! L’API Google PageSpeed Insights a été intégré à Gulp et vous permet de diagnostiquer la vitesse de chargement de votre projet web en ligne de commande.

De plus, un signe que les choses changent, le support des navigateurs reflète les dernières tendances. Par exemple, il y a uniquement IE10 et IE11 qui sont supportés ainsi que les deux plus récentes versions de Google Chrome. Il s’agit d’une prise de position assez ferme sur l’évolution de la compatibilité des navigateurs.

Au final, il se peut que vous ne soyez pas en mesure de tout intégrer dans votre projet de développement web. Cependant, je crois qu’il faut au moins considérer d’utiliser unitairement l’une des fonctionnalités exposées dans Web Starter Kit.

À titre d’exemple, vous pourriez utiliser gulp pour automatiser le processus compactage et de minification de vos fichiers JavaScript et CSS. Tant qu’à y être, pourquoi ne pas utiliser l’intégration du PageSpeed API? Gulp est un bon exemple de fonctionnalité indépendante du framework utilisé pour le développement côté serveur.

Il s’agit d’une belle époque pour faire du développement web. L’outillage se raffine et permet d’accomplir beaucoup plus avec ce qui est en place. Tirez-en profit!