Un hommage à Basecamp

Basecamp-1[1]Ce billet s’adresse à tous ceux qui ont eu à travailler sur un projet avec un client avec le service web Basecamp. Si vous l’avez utilisé plus de dix minutes dans les six derniers mois, vous devriez vous retrouver dans ce que je vais y décrire dans ce billet.

Basecamp est un outil permettant à des intervenants impliqués dans un projet de collaborer ensemble via un site web. Cela fait presque deux ans que j’utilise Basecamp quotidiennement. Il s’agit d’un outil formidable vous permettant d’accomplir beaucoup avec peu de fonctionnalités.

Parlant de ce peu de fonctionnalités, j’ai quand même quelques anecdotes à ce sujet. Dernièrement, j’ai passé pas mal de temps dans cet outil. En voici quelques-unes…

  • Si ce n’est pas écrit dans Basecamp, ce n’est pas arrivé.
  • Écrire un message et réaliser une grossière erreur dans celui-ci. Ne pas prendre la peine de la corriger parce que, de toute façon, tout le monde a reçu un courriel de notification avec cette erreur.
  • Réaliser qu’un élément d’une liste de tâche (todo list) a plus de notification sur son changement d’état dans la liste que de vrais messages.
  • Avoir une liste de tâches qui est un véritable champ de bataille. Au menu: réassignations de tâches, statuts d’avancement dans le titre des tâches et réouverture de tâches déjà résolues.
  • Au bout d’un certain temps, la liste des collaborateurs pouvant être notifiés est tellement longue que tu ne sais plus vraiment qui doit être notifié de tes messages.
  • Parlant de collaborateurs, tu as un surnom pour chacun d’eux en te basant sur leur avatar.
  • Apprendre après 1 an d’utilisation quotidienne qu’il est possible de gérer un calendrier d’événements.
  • Te servir tellement de Basecamp que la page de résumé de ton activité dans ton profil te sert d’aide mémoire pour tes feuilles de temps.
  • Tu as lancé des injures à la fonctionnalité de recherche pour cette raison: dans ton projet tu fais une recherche dans la boîte en haut à droite. T’a pas les résultats souhaités. Tu refais une recherche à cet endroit. Pouf! Tu fais une recherche globale dans tous les projets Basecamp.
  • Pour une raison que j’ignore, être incapable de connecter via l’URL https://launchpad.37signals.com/basecamp. Je dois avoir absolument l’URL exacte d’un de mes projets sous l’identifiant de mon employeur (ex.: https://basecamp.com/3755413/)

Les liens de la semaine – Édition #110

Développement

.NET

Web

Technologie

Science et autres

Réflexions sur la mise en ligne d’un site à portée internationale

Moi qui pensais pouvoir tenir le rythme de deux publications par semaine jusqu’au temps des fêtes! Je dois avouer que je suis à la limite de ne pas être en mesure de publier un billet qui a du sens cette semaine.

Parlant de cette semaine, ce sera la thématique pour ce court billet. Depuis lundi, avec mon équipe, nous travaillons à finaliser la mise en ligne d’un site pour un client. Il s’agit, jusqu’à présent, du plus gros site que j’ai eu à développer depuis le début de ma carrière en tant que développeur web.

Le seul hic, c’est que je n’ai pas encore vraiment l’autorisation de dévoiler l’identité du site en question. Nous sommes à procéder à l’activation graduelle des sites à l’international. Imaginez, le client n’a pas encore annoncé la mise en ligne de son site. Vous m’excuserez à l’avance!

En quelques lignes, voici les statistiques en bref:

  • 47 sites répartis à travers le monde
  • Contenus accessibles dans 27 langues. Langues allant du catalan au polonais en passant par le français. D’ailleurs, cette statistique m’a valu la citation suivante:

Ceci étant dit, la particularité de ce site n’est pas tellement sa complexité. Après tout, il ne s’agit pas d’envoyer un homme sur la lune. Toutefois, concevoir un site pour un déploiement de cette envergure tout en donnant certaines possibilités de mise en page et d’édition de contenu demande un peu de planification.

De la planification, c’est peu dire. Croyez-moi!

Alors donc, cette mise en ligne est en préparation depuis environ un mois. Le client s’affaire à saisir du contenu et la première vague de sites est en ligne depuis hier. Sur une note plus technique et tangible, voici quelques points que j’ai retenus de cette livraison.

  • J’ai eu ma première expérience avec AWS d’Amazon. J’ai maintenu et mis en place l’environnement d’hébergement qui est entièrement là bas.
  • Un site de cette échelle a réellement poussé à un autre niveau mes connaissances de Sitecore, le CMS utilisé.
  • Penser la maintenance et la gestion des déploiements en fonction de l’horaire d’édition des contributeurs.
  • La mise en place des sites par pays et la configuration des langues dans la gestion de contenu m’ont forcé à revoir certaines notions de géographie. Seriez-vous en mesure de pointer, sans hésiter, l’emplacement de la Lettonie sur une carte du monde?

Les liens de la semaine – Édition #109

Développement

.NET

Web

Technologie

Science et autres

  • Je recommande fortement ce canal YouTube à propos de la Première Guerre mondiale. Tout y est raconté du début à la fin.
  • Ce vidéo à propos de l’exploration de notre système solaire est sensationnel. En particulier vers 2:24 où il y a une scène présentant Jupiter à partir d’une de ses lunes.

Une revue de ma journée au Agile Tour Montréal 2014

agiletourMontreal_transparent[1]Le 15 novembre 2014 se tenait l’événement Agile Tour 2014 au Pavillon Judith-Jasmin de l’UQAM. Agile Tour est une journée de conférences organisées par la communauté Agile de Montréal. Il s’agit de la deuxième année de suite que j’assiste à cet événement.

J’aime beaucoup assister à cette conférence. Principalement par sa proximité (à Montréal) et par la possibilité d’échanger sur la thématique de l’agilité en dehors du contexte du travail. Surtout de pouvoir comparer les expériences des autres avec la sienne.

Pour une somme de 65$ (si vous vous inscrivez à l’avance), vous assistez quatre conférences, deux keynotes avec dîner, collations et rafraîchissements inclus.

Les conférences de la journée sont divisées en quatre plages. A (10h15 à 11h15), B (11h30 à 12h15), C (14h30 à 15h30) et D (15h45 à 16h45).

Keynotes

Avant-midi: Transformer le management pour réussir une transformation Agile par Jean-Marc De Jonghe

Je vais l’avouer bien candidement. Je n’avais pas lu le résumé de ce keynote. Il y était question de la transformation vers l’agilité qui s’est opérée à La Presse. Étant un grand fan de l’application La Presse+, j’ai bien aimé!

Présentation ici (PDF)

Après-midi: Keynote de l’après-dîner: Lessons in Gravity: What keeps you down? par David Hussman

Il m’est difficile de résumer cette présentation. Mon meilleur essai est celui-ci: la gravité de l’organisation est souvent ce qui empêche l’agilité de fonctionner et/ou de s’implanter correctement dans votre organisation.

J’ai bien aimé le style de présentation donnée par David Hussman. Très cool comme personne. Je retiens notamment l’utilisation du terme ScrumKanbanistan pour décrire la variété des pratiques agile dans notre domaine.

Présentation ici (PDF)

Conférences

Plage ANaviguer efficacement les conflits d’une équipe Agile

Cette présentation a pour but de nous faire prendre conscience que toute situation conflictuelle a une origine émotionnelle. Pour être en mesure de faire face à un conflit, il faut comprendre ses émotions. J’ai bien aimé! Les conférenciers étaient passionnés par leur sujet.

Présentation (PDF)

Plage BLes tests automatisés : huit tuyaux qui augmenteront vos chances de succès

Celle-ci, le titre est le plus évocateur. L’idéalisation de solutions souvent un problème avec ce genre de présentation. Dans ce cas-ci, les conseils étaient pertinents et basés sur une expérience de terrain. Un bon choix encore une fois.

La présentation est accessible ici (PDF).

Seul bémol pour cette plage: initialement, je désirais aller à la présentation Need to speed up? Then slow down! (A practical introduction to Kanban) mais la salle était définitivement trop petite pour contenir tout le monde malheureusement.

Plage CL’équipe de projet se déploie

Les présentations de la plage C m’inspiraient peu. J’ai tranché en optant pour celle donnée dans l’auditorium avec les bancs confortables. J’avais peu d’attentes pour cette présentation.

J’ai eu tors! Au bout de quelques minutes d’inattention, j’ai été captivé par le sujet. La cerise sur le sundae est que je me suis même surpris à prendre des notes.

Présentation (PDF).

Plage DArchitecture Agile et développement durable

Sachant que Félix-Antoine Bourbonnais présentait quelque chose à l’Agile Tour, je n’avais pas le choix d’assister à cette présentation sur le développement logiciel. Le bonus c’est que je n’ai pas eu à changer de pièce. Encore une fois assis dans l’auditorium confortable!

Au menu, architecture logicielle durable. Comment faire le design d’un logiciel tout en assurant sa capacité à évoluer avec le temps? La présentation a survolé quelques idées de patrons et de concepts à évaluer pour assurer la maintenabilité à long terme de son architecture.

Présentation (PDF)

Suivre

Recevez les nouvelles publications par courriel.

Joignez-vous à 348 autres abonnés