Archives de catégorie : Pascaleries

Les Pascaleries – Avez-vous déjà tenté d’enculer une mouche?

L’autre jour, j’ai réussi à surprendre des collègues avec une expression colorée.

Définitivement, cette solution c’est vraiment de l’enculage de mouche

Bonne chance mon homme

J’ai été moi-même surpris de leur réaction. L’auditoire était composé de Français et de gens du Québec. La question culturelle ne se posait même pas dans ce cas-ci.

À quoi pensez-vous en pensant à de l’enculage de mouche? C’est certain que, si vous l’observez uniquement au premier niveau, vous pouvez avoir droit à des images saugrenues. Incluant celle de cette mouche qui anticipe avec délectation ce moment.

À un deuxième niveau, la métaphore que je désirais apporter est celle-ci. Tenter d’enculer une mouche va nécessiter énormément d’effort pour le résultat désiré. J’imagine que vous vous doutez un peu de la raison.

Avec le temps, j’ai développé un certain talent pour amener des expressions que je dirais… imagées et créatives afin d’illustrer mon point. Bref, l’enculage de mouche est une autre expression que je classe maintenant dans ce que j’ai fini par nommer les « Pascaleries« .

Bref, si vous avez un petit doute sur la façon d’employer l’enculage de mouche dans une de vos interventions, vous pouvez même suivre ce petit guide de diction de l’expression « Enculeur de mouche » gracieuseté du Wikitionaire.

Bonne chance avec vos mouches!

Advertisements

Les Pascaleries : Édition #3 – directement de mon univers!

Après le développement, s’il y a une chose que j’aime faire c’est de parler. Il ne s’agit pas juste de parler pour parler dans le vide. Expliquer des concepts. Les vulgariser pour que les autres puissent comprendre.

Ma façon préférée d’y arriver est d’imager les concepts afin que vos interlocuteurs puissent imaginer ce que vous tentez d’expliquer. Des fois, il arrive que mes comparaisons soient totalement accidentelles. Dans d’autres cas, je semble être possédé d’un élan créatif. Un éclair de génie, genre.

Alors, c’est avec grand plaisir que je présente la troisième édition des Pascaleries. C’est-à-dire la collection des comparaisons et métaphores que j’ai pu utiliser dans mes conversations.

Turbulence – Indisponibilité du site web

Par un certain mardi matin d’été, le soleil brillait et l’air était chaud. Les oiseaux gazouillaient et tout le monde travaillait en harmonie. Une belle journée à l’horizon.

Tout à coup, les courriels entraient par dizaines et le téléphone sonnait autant. On nous disait que son site était indisponible à partir du web. Oups! Une panne momentanée et généralisée.

C’est donc à ce moment que j’ai introduit le concept de période de turbulence sur nos hébergements. Exactement la même comparaison que pour les vols d’avions : la turbulence atmosphérique.

En avion, la turbulence atmosphérique fait en sorte que l’avion va se faire brasser au point de ressentir jusqu’au point que vous pouvez ressentir des secousses relativement désagréables pendant une courte période durant votre vol.

Vouvoiement

Ce qui est assez drôle, c’est que j’ai vraiment appris à vouvoyer de façon naturelle en étant quotidiennement en relation avec la clientèle.
Au début, c’était comme forçant, pas naturel du tout.
Ça m’aura servi.
Un client, administrateur réseau, que j’avais l’habitude de vouvoyer me vouvoyait aussi en retour. La relation était cordiale.
Assez froide, cependant.
Un jour, en révisant les formalités d’un développement à venir, il fallait parler de certaines procédures stockées. En particulier, de certains ajustements qui affectaient le site en entier.
Il m’a sorti : « Écoute, nous allons parler de programmation SQL. Est-ce qu’on peut se tutoyer?« .
Je vais garder ce moment dans ma mémoire à jamais.
J’étais flabbergasté!

« Planter une graine » de façon imagée

vigne-mario

Extrait d’une discussion arrivée véritablement lors d’une discussion avec mon gestionnaire de projets.

– Et puis, Pascal, est-ce qu’il y a du nouveau sur ce dossier?

– Eh bien, j’ai eu une conversation avec le client hier. Nous avons statué sur ce qui a été complété. En ce qui concerne le plan de match pour la mise en ligne qui va suivre, j’ai planté une graine dans le pot de terre et je l’ai arrosé abondamment.

– (regard perplexe)

– J’espère bien que d’ici la semaine prochaine la graine va germer.

Regarder sous un Kilt pour voir de quoi ça a l’air

Un collègue, en introduction de présentation, a une fenêtre du logiciel .NET Reflector d’ouverte à l’écran. J’ai lancé une comparaison qui a causé quelques rigolades dans la salle.

Vous ne trouvez pas que .NET Reflector est un peu comme lever un Kilt pour regarder ce qu’il y a en dessous?

sous-le-kilt

Pour ceux qui ne le savent pas, Reflector est un outil permettant d’analyser le code source contenu dans une DLL de .NET en décompilant le code qu’elle contient. Il s’agit, habituellement, d’une opération de dernier recours quand la documentation ne suffit pas.

Toutefois, je vous recommande très fortement de garder l’utilitaire à portée de main. Il est très utile! Je vous promets que vous ne pourrez pas voir ce qui se trouve sous un kilt!