Le phœnix

Le onze juin 2018 fut la date de la dernière publication sur ce blogue. Après cinq ans de publications soutenues, j’avais perdu toute envie d’y écrire. Les idées ne venaient plus au bout de mes doigts. L’envie de m’asseoir et de mettre en mots mes découvertes technologiques n’était plus là.

J’étais à sec.

https://upload.wikimedia.org/wikipedia/commons/thumb/c/c8/Benquet_jach%C3%A8re_fleurie_2.JPG/640px-Benquet_jach%C3%A8re_fleurie_2.JPG

Alors, mon seul réflexe aura été de supposer qu’une mise en jachère s’imposait. Que, par elle même, l’envie de créer allait revenir après une pause. Les semaines ont passé et j’ai laissé la poussière s’accumuler sur ce blogue que j’ai aimé y passer mon temps.

C’est maintenant ici que je suis à me faire aller les doigts sur le clavier à me demander comment je pourrais faire renaître le phœnix de ses cendres? L’envie d’écrire n’est pas partie d’un coup du jour au lendemain sans dire au revoir. J’étais fatigué d’écrire. En dehors même de ce blogue, je dois même dire que j’étais un peu lassé de la technologie. Graduellement, j’ai perdu l’envie d’être curieux et de découvrir ce que je ne connaissais pas. Une sorte de burn-out technologique.

Pourtant, ce n’est pas les sujets qui manquent. Ces derniers mois j’ai touché à des trucs dont je me suis gardé une note d’en faire le récit ici même. Sans compter tous les sujets que je vois défiler sur mon fil de nouvelles où je me dis qu’il faudrait bien j’y mette un peu de temps pour le découvrir.

C’est la découverte qui m’a manqué ces derniers mois. Je crois que c’est aussi par là que je vais commencer. La technologie, c’est vaste. Il y a tant de choses nouvelles à apprendre.

Par exemple, il faudrait vraiment que je mette à jour mon guide de configuration Notepad++ au goût du jour. En fait, avec le temps, c’est plutôt un guide de configuration de Visual Studio Code que ça prend tellement que ça a changé. Un autre exemple? Le Windows Subsystem for Linux (WSL) a réellement piqué ma curiosité dernièrement. Le fait de pouvoir avoir accès à un environnement Linux à portée de mains sans machine virtuelle me fait revivre mon adolescence où je roulais Linux comme système d’exploitation principal.

Sans oublier les sujets tels que le langage de programmation Go, mes aventures avec MySQL, les dernières avancées avec .NET Core ou même ce que je peux raconter à propos le service AWS Aurora.

Tant de sujets et si peu de temps. Un mot à la fois, une phrase à la fois, un paragraphe à la fois, un billet à la fois. Je n’ai aucune idée si la fréquence des beaux jours va revenir telle qu’elle était. Cependant, j’ai bien l’intention de me remettre à l’écriture. Ça me fait du bien.

À bientôt!



Advertisements

Le récit d’un passage académique

Nous sommes maintenant au printemps. Je vais vous raconter l’histoire qui m’a occupé à l’automne dernier. Cet automne aura été un très occupé pour moi. Ce fût occupé à un point tel que certaines activités moins prioritaires avait été rejetées au rang des oubliées (incluant ce blogue, malheureusement). Une journée fait seulement vingt-quatre heures. Il faut choisir.

Dans ce choix, ma traditionnelle revue des liens de la semaine avait fait un certain hiatus. Sans parler de mon absence d’écriture depuis un certain temps. Des fidèles s’étaient même fait du mauvais sang et, par la suite, réjouis de mon retour. Mon activité d’écriture a suivi mon temps libre. Au clavier seulement lorsque j’en ai le temps.

Qu’est-ce que j’ai fait, coudonc?

Il s’avère que j’ai initié un retour aux études. Imaginez-vous donc que je me suis inscris au Certificat avancé en développement de logiciels à l’UQAM. À temps partiel, bien sûr! Au menu cet automne, le cours INF1130. Il s’agit du cours de mathématiques pour informaticien (induction, algèbre booléenne, relations, graphes, algorithmes, etc.).

Avant de commencer, j’étais effrayé et excité par cette nouvelle aventure. Il faut dire que j’avais arrêté mon processus académique au niveau collégial en 2006 pour me lancer sur le marché du travail. Jusqu’ici, j’ai été satisfait de mes expériences et du bout de chemin que j’ai fait. J’étais cependant à la recherche de défis nouveaux sur le plan personnel. Lorsque l’opportunité des études s’est présentée. J’ai sauté sur l’occasion et je me suis inscrit au certificat.

Réintégrer le circuit académique après douze ans de pause ça fait mal au début. Il y a une grosse différence entre le marché du travail et l’école. Au boulot, je suis relativement en contrôle sur mon horaire et mes échéanciers. S’il y a un bobo, je peux toujours compter sur un collègue pour me donner un coup de main. À l’école, c’est sur tes épaules que ça repose. Si, il y a des étudiants qui le font aussi comme toi. Cependant, au moment de l’examen, c’est seulement toi qui le fait.

De plus, je n’avais pas le choix de faire ce cours de mathématiques. Il est en prérequis pour, pratiquement, tous les autres cours. L’autre truc, c’est qu’il fallait que je prenne un cours de soir. Je travaille le jour, t’sais.

Alors, c’est ce qui m’a occupé l’automne dernier. Je pourrais en parler en long et en large de cette session. Ça aura été des hauts et des bas. Cependant, il y aura eu plus de hauts de que bas, heureusement. Conjuguer travail, famille et études aura été significativement plus compliqué que la matière abordée dans le cours. Ça aura été la principale difficulté dans tout ça.

M’asseoir sur un banc d’école de 18h à 21h après une journée qui a commencé à 5h du matin pour le lever vers le travail n’est pas super évident. Travailler sur la remise du devoir les soirs et fin de semaines entre deux activités familiales ou simplement les enfants qui veulent jouer avec papa (parce qu’ils l’aiment ce mec) est tout un défi. Mention spéciale à ma conjointe qui a tenu le fort pendant ce temps. T’es la meilleure. :)

Je cherchais une façon de résumer ce que j’ai appris dans ce cours pour ce billet. Le meilleur résumé m’a sauté dessus dans un bouquin que j’ai lu dans le congé des fêtes.

C_est dans le roman que je suis en train de lire (Pomme S d_Eric Plamondon) que j_ai trouvé le meilleur résumé de mon cours de maths de cet automne (maths discrètes).
Extrait : Pomme S d’Éric Plamondon

Il n’y a pas de meilleures façons de résumer cela. Si tu comprends ceci, t’a très certainement des notions de mathématiques discrètes, n’est-ce pas?

Voilà, c’est pour ça que les liens de la semaine ont été moins présents dernièrement. L’horaire est revenu un peu plus normal cet hiver. Je n’ai pas pris de cours pour cette session. Il est possible que ça continue pour la session d’été. C’est à voir!