Archives mensuelles : août 2012

Augmentez la sécurité de votre identité en ligne

Mon compte courriel personnel Gmail est au centre de mon identité en ligne, depuis que j’ai été en mesure de le créer en 2004. Tous les courriels personnels que j’ai envoyés et reçus ont passés par ce compte.

Avez-vous réfléchi aux conséquences possibles si un individu mal intentionné mettait la main sur votre compte courriel?

Plusieurs possibilités sont sur la table. D’une part, il pourrait envoyer des courriels frauduleux en votre nom. En deuxième lieu, tenter de mettre la main aux comptes que vous possédez à votre insu. Ensuite? Qui sait ce qu’un individu mal intentionné peut faire pour mal faire.

À titre d’exemple, j’ai vu passer cela sur mon fil de nouvelles Facebook. Il s’agit d’un ami avec qui j’ai étudié au CEGEP.

Il est vrai que de se faire pirater son compte courriel peut être humiliant.

J’ai aussi en tête l’histoire de contournement du nom de domaine du blogue http://secretgeek.net. Pour faire simple, un pirate russe a mis la main sur le mot de passe de son compte courriel. En tirant profit d’une faiblesse dans le protocole POP3, il a été en mesure de deviner son mot de passe par une attaque par force brute. Ensuite, il a procédé au transfert des noms de domaines en sa possession.

Dans les dernières années, j’ai vu énormément de cas similaires. Tous ont d’énormes conséquences. Il est difficile d’estimer où le pirate a pu se rendre avec vos informations courriels. En général, il est recommandé de réinitialiser tous vos mots de passes sur les services en lignes que vous utilisez. Cela passe de Facebook à votre compte bancaire.

D’ailleurs, avez-vous une liste des services qui pourraient être compromis en cas d’une brèche à votre compte courriel?

Il existe deux éléments de prévention pour vos comptes courriels :

  • Utilisation d’un mot de passe complexe
  • Activation du mécanisme d’authentification en deux étapes.

Tout le monde le dit, personne ne le met en application. Votre mot de passe doit être complexe ou d’une bonne longueur.  Une technique intéressante pour obtenir un mot de passe d’une certaine complexité est d’en faire une phrase. L’avantage de celle-ci est qu’il est beaucoup plus simple de se souvenir d’une phrase composé d’un acrostiche de votre prénom qu’un simple mot de 8 caractères se terminant par un astérisque.

Prévisiblement, dans le top 25 des mots de passe les plus fréquemment utilisés sur le web, des aberrations comme 123456qwerty111111passw0rd s’y retrouvent.

L’authentification en deux étapes est un mécanisme ajoutant une étape obligatoire nécessitant la saisie d’une série de chiffres générés par une clé unique configurée au préalable entre vous et le service courriel.

Gmail

Pour le service Gmail, l‘activation de cette fonctionnalité se fait dans vos paramètres de comptes. Alternativement, vous pouvez aussi consulter un guide illustré mis à votre disposition par Coding Horror.

À ce sujet, je recommande fortement d’utiliser l’application iPhone, Android ou même BlackBerry. Sinon, un code vous sera envoyé par SMS ou communiqué par téléphone.

Hotmail

L’authentification en deux étapes n’existe pas pour Hotmail. Toutefois, un mécanisme similaire peut être activé. Il s’agit d’un code à utilisation unique vous permettant d’accéder à votre compte courriel sans avoir à entrer votre mot de passe. Ce code vous est envoyé par SMS. La différence est que ce code n’est pas une deuxième étape dans le processus de connexion mais bien une alternative au mot de passe.

Si vous désirez l’activer cette fonctionnalité, suivez les étapes tel que documenté par Microsoft.

Pour la suite des choses, il serait souhaitable que les principaux services puissent offrir une sécurité augmentée avec un  mécanisme d’authentification à deux étapes.

Facebook

Depuis déjà un moment, Facebook a annoncé la mise en place d’une fonctionnalité nommée Login Approval permettant l’envoi d’un code par SMS lorsque vous tentez de vous connecter à Facebook avec un ordinateur ou appareil non reconnu.

Dropbox

Finalement, Dropbox a récemment annoncé l’activation d’une authentification en deux étapes pour ses utilisateurs. L’activation est assez simple. Visitez l’adresse http://www.dropbox.com/try_twofactor. L’idée intéressante pour Dropbox est que le générateur de clé utilise la même application que celle utilisée par Gmail. Une pierre, deux coups!

Mot de la fin

Il est évident que l’ajout de mesures de sécurité supplémentaires implique l’ajout d’étapes et complique de façon significativement le processus de connexion à votre service préféré en plus de vous forcer à garder votre téléphone cellulaire à portée de main.

Toutefois, savoir que la possibilité de sécuriser l’accès à votre compte devrait prévaloir sur la facilité d’accès. Dans mon cas, c’est ce que j’ai décidé de faire.

Après tout, il est hors de question que je laisse une partie de mon historique en ligne dans les mains d’un inconnu qui aurait pu deviner mon mot de passe.

Advertisements

Visual Studio 2012 – Mes impressions sur des changements à l’interface utilisateur

Le 12 septembre passé a été la date à laquelle la nouvelle version de l’éditeur de code Visual Studio a été publiée. Il s’agit de Visual Studio 2012.Plaisir de développer avec VS2012

Les changements apportés à cette version sont trop volumineux pour être couverts dans un seul article de blogue. Une bonne référence à ce sujet est Scott Hanselman. Sur son blogue, il y a quelques articles au sujet des changements apportés à cette version de Visual Studio et particulièrement aux développeurs web.

Il est aussi possible de consulter la liste détaillée qui a été documentée par Microsoft même.

Les grandes lignes des améliorations à Visual Studio sont les suivantes :

Pour ma part, il y a deux changements que j’ai appréciés plus particulièrement. Un code de couleur est associé à l’état dans lequel se trouve l’éditeur et il est maintenant possible d’explorer le contenu du code source à même l’explorateur.

Barre de statut

La barre de statut du bas change de couleur afin d’indiquer dans quel état se trouve l’éditeur.

État initial – Au démarrage de Visual Studio

Prêt – Lorsqu’une solution est ouverte

Compilation – Lorsque l’éditeur compile le projet

Débogage – Lorsque l’éditeur est dans ce mode

Explorateur de solution

Avec les versions précédentes de Visual Studio, pour consulter le contenu d’une classe, il fallait l’ouvrir en mode édition.

Un ajout intéressant a été ajouté à l’explorateur de solution afin de lui permettre la navigation et la recherche du contenu des fichiers sources.

Ce changement est assez subtil mais signifie une amélioration assez significative dans la façon de travailler avec l’éditeur.

D’une part, il est maintenant possible de faire une recherche sur les fonctions et classes présentes dans la solution. Cette recherche se fait dans la boîte de texte sous les icônes dans le haut du panneau. Il est à noter qu’il est aussi possible d’invoquer la recherche à l’aide du raccourcis « CTRL + ;« .

La navigation dans le contenu des fichiers, comme la capture d’écran le démontre, permet de naviguer jusqu’à la signature des fonctions à l’intérieur des différentes classes d’un fichier source. Il était temps que Visual Studio se dote d’une fonctionnalité similaire. Pour ceux qui ont fait du Java dans le passé, cette fonctionnalité était présente dans Eclipse depuis déjà un bon moment.

NGINX

Qu’est-ce que NGINX? Son nom laisse présager peu de choses à vrai dire. NGINX se prononce comme Engine-X.

Il s’agit d’un logiciel qui agit comme un proxy inverse. C’est à dire qu’il va se placer en amont du ou des serveurs web et prendre, à leur place, la charge des requêtes web.

D’un point de vue de sécurité, il peut être utilisé pour abstraire totalement l’accès aux ressources web qui sont sur les serveurs. Par exemple, il est possible d’associer les requêtes du serveur A et B à des URL comme http://www.monsite.com/a/ et http://www.monsite.com/b/ sans que cela ne paraisse pour le commun des mortels.

Dans la majorité de cas, un proxy inverse comme NGINX est utilisé comme un outil permettant d’augmenter la performance d’un site web. Il est possible de répartir la charge des requêtes vers une ressource statique sur plusieurs serveurs ou même de procéder à la mise en cache localement du contenu accessible à partir du web.

Il est aussi possible d’utiliser NGINX comme un proxy de serveur courriel POP3, IMAP et SMTP.

NGIX est présent sur le web depuis maintenant huit ans et est développé sous une licence libre de style BSD. Initialement, il a été développé par un développeur Russe nommé Igor Sysoev. Les premières utilisations de NGIX ont été avec les sites de premier ordre Russes comme Yandex, Mail.ru et même Rambler.

Depuis,  l’utilisation de NGINX est en constante hausse. Des sites américains de haut niveau l’ont intégré dans leur architecture. On peut noter des sites comme Netflix, Pinterest et même Github.

Le principal point de vente de NGINX est sa capacité à prendre une charge considérable de requêtes simultanées avec une faible et prévisible trace en mémoire. Son architecture, basée sur des événements,  lui permettant, de façon asynchrone, de gérer les requêtes entrantes. Son architecture a été conçue spécifiquement pour adresser la problématique du C10k.

Qu’est-ce que le C10k? Il s’agit du nom qui a été donné à la problématique d’optimisation des serveurs applicatifs pour leur permettre de fournir plus de 10 000 connexions simultanées.

Pour les fans de statistiques, il est question d’une utilisation d’environs 2.5mo de mémoire pour chaque 10 000 connexions.

L’éventail des plateformes supportées est assez large. NGINX a été initialement développé pour les plateformes UNIX/Linux. On peut aussi noter que Windows est supporté.

NGINX n’est pas le seul de sa catégorie. Il existe d’autres solutions offrant un même genre se possibilités. Il y a notamment HAProxy qui agit un proxy inverse mais aussi et principalement comme un répartiteur de charge (Load balancer) ou même Varnish qui permet uniquement une cache HTTP.

À première vue, si j’avais l’occasion d’implémenter proxy inverse dans l’un de mes sites web, je le ferais initialement pour le contenu statique. Cela passe par les images mais aussi pour les scripts et les feuilles de style. Ils ne changent pas très souvent et ils peuvent être distribuées aux clients sans que ça ait à passer par le serveur web.

En plus de la cache, ces fichiers n’auraient l’obligation d’être distribuées sur le même serveur que celui qui en charge des pages web. Il pourrait y avoir un serveur dédié à l’hébergement du contenu statique.

La cerise sur le Sundae est l’annonce par l’équipe de développement de NGINX du support pour le protocole SPDY. Ce n’est pas déjà assez pour se laisser tenter par l’expérience?

ASTUCE VISUAL STUDIO #2 : Résoudre la référence

J’évalue actuellement les nouvelles fonctionnalités de Visual Studio 2012 depuis maintenant quelques semaines. Afin de bien comprendre comment il fonctionne, je n’emploie aucune extension, comme le très populaire ReSharper, à titre d’exemple.

Il y a une fonctionnalité que j’aime beaucoup dans ReSharper. Il s’agit de la possibilité d’ajouter les références manquantes à votre classe l’aide du raccourci clavier Alt-Enter. D’une seule combinaison de clavier, il détecte toutes les références manquantes et les ajoute automatiquement.

Vous remarquez le petit « gusse » qui fait le soulignement bleu sous la classe FileInfo. Il est là depuis très longtemps dans Visual Studio. Personnellement, je ne l’ai jamais trouvé très pratique à atteindre avec la souris. Pour y arriver, il faut :

  1. Positionner son curseur sur le type en question.
  2. Passer la souris devant le petit carré (« gusse ») bleu pour faire apparaître le menu contextuel
  3. Ajouter la/les références manquantes

Vous êtes-vous déjà demandé comment faire pour accéder au petit « gusse » bleu avec le clavier? Facile! La réponse est la combinaison des touches CTRL et . (Point).

Évidemment, il fallait seulement se poser la question afin d’avoir la réponse. C’est pourtant si simple. Pourquoi je ne me suis pas posé la question avant?

Création de fichiers Zip avec .NET 4.5

Le framework .NET offre beaucoup de fonctionnalités aux développeurs afin d’éviter à avoir à écrire et réécrire certaines fonctionnalités avec le temps. Un domaine qui a toujours manqué à .NET à travers le temps est au niveau de la compression de fichiers.

Sans avoir recours à une librairie externe, il y a les deux choix qui s’offraient au développeur :

Le tout est bien et assez fonctionnel. Dans les deux cas, il est possible de prendre un fichier en mémoire et de le compresser pour ainsi économiser en espace lors du transport.

J’ai toujours trouvé l’opération assez fastidieuse et très répétitive. Sommairement, compresser un fichier équivalait à :

Prenez note que j’ai laissé la mention du Namespace pour avoir encore plus une plus belle pyramide de code!

Le vrai problème est que l’algorithme Deflate est utilisé pour les fichiers Zip mais la classe DeflateStream ne fournit pas les entêtes de fichiers nécessaires pour la création de fichiers Zip. Cela n’est pas très pratique.

L’alternative à tout ça aura été la librairie DotNetZip. Cette librairie a été  le choix de-facto afin de compresser des fichiers dans le format Zip. Le résultat est à la hauteur sans artifices et à la hauteur des attentes  :

La nouveauté

Avec .NET 4.5, cette époque est révolue. La gestion de fichier archives .NET est maintenant intégrée directement dans le Framework sous le namespace System.IO.Compression.

Au total, il y a quatre classes vous permettant de faire la gestion de vos archives. À chacune son rôle bien spécifique :

  • ZipFile
    • Offre les méthodes nécessaires pour la création, extraction et ouverture des fichiers Zip.
  • ZipFileExtensions
    • Ajoute certaines extensions aux fonctionnalités pour la gestion des archives compressées. Par exemple. il est possible de compresser un répertoire entier ou même d’ajouter des fichiers à une archive Zip existante.
  • ZipArchive
    • Représente une archive Zip. Le conteneur des fichiers compressés.
  • ZipArchiveEntry
    • Représente un fichier à l’intérieur d’une archive Zip.

Exemples

La manipulation de l’API est très simple. Il faut reconnaître que l’équipe du développement de .NET a fait du beau travail avec la gestion des archives Zip.

Notez que, dans tous les cas, il est important d’ajouter les références à System.IO.Compression ainsi que System.IO.Compression.FileSystem pour que le tout puisse compiler.

Création

Extraction

Suppression d’éléments