Archives de catégorie : French Coding

Joyeux anniversaire French Coding! (5 ans)

Le 12 avril 2012 est, en quelque sorte, la date d’anniversaire de ce blogue. Donc, aujourd’hui, French Coding célèbre son cinquième anniversaire.

Cinq ans, ça passe vite. Je me suis amusé à regarder les textes que j’ai publiés. Il y en a déjà beaucoup que j’avais oublié. L’autre chose que j’ai constatée est l’évolution de mon écriture avec les années. Avec le temps, mon style a changé ainsi que mon approche pour monter un texte.

Au début, j’avais l’impression de travailler très fort pour atteindre un minimum de mots. Malgré moi, les billets ressemblaient plus à un exercice scolaire qu’un texte plus axé sur la découverte et l’apprentissage de nouveaux concepts.

La beauté de cela c’est que ce n’est pas mieux. Juste différent. En bout de compte, l’écriture (la communication, en général, quoi) est un muscle qui se pratique.

Pour l’occasion, j’ai décidé de compiler une petite liste du meilleur billet pour chacune des cinq dernières années. À voici :

En fait, j’ai un peu menti dans cette liste pour avoir une liste qui a du sens. Ironiquement, ces billets ne sont pas les plus populaires. J’aurais dû appeler la liste « les billets les plus populaires des cinq dernières années qui ne sont pas la page d’accueil ». La page d’accueil génère un trafic environ quatre fois plus important que le billet qui le suit en nombre de visites.

Sur ce, bonne fête French Coding!

Advertisements

L’année 2016 pour French Coding

L’année 2016 se termine et c’est l’heure des rétrospectives et de se donner des objectifs pour l’année qui vient.

À vrai dire, d’un point de vue du « blogueur », cette année aura été une année de transition. Définitivement, ma cadence d’écriture a ralenti. Sans surprises, elle a concordé avec la naissance de mon deuxième enfant. C’est fou comment ces petits êtres peuvent nous prendre du temps.

Ça, c’est sans oublier la course à pied qui a pris une plus grande place dans ma vie personnelle à partir du printemps dernier. En fait, elle a pris une place même un peu trop grande. Au point où je me suis épuisé à courir vers le mois de juillet. Dans ce cas, la leçon est apprise. Il faut savoir quand se reposer pour mieux avancer. Conjuguer course, travail et famille n’est vraiment pas évident et il est facile de succomber au phénomène du « super héros » qui peut tout faire en 24 heures.

Le temps est une chose. Je me mentirais en disant que je n’ai pas manqué d’inspiration. En réalité est bien simple. La majorité de l’inspiration me vient en travaillant. Bien souvent, le fait d’écrire un billet me permettait de coucher sur papier la problématique ainsi que la démarche que j’ai mise pour résoudre mon cas. Il s’avère juste qu’il n’est pas tous les sujets qui auront été inspirants.

Ce qui aura été cependant constant est les liens de la semaine. Je sais qu’il y a quelques lecteurs (et un collègue) qui les lisent toutes les semaines. C’est bien que ça serve à quelqu’un d’autre. En plus de lire et de compiler ces liens, je finis toujours une ou deux fois par semaine à m’y référer pour aller récupérer un lien sur un truc que j’ai lu quelques semaines auparavant.

En regardant en avant, il y a quelque chose dans la perspective de l’année 2017 qui me donne un sentiment de confiance et de positivisme. Technologiquement, nous sommes encore à une très belle époque pour faire du développement web. La meilleure, même, je dirais.

Petite parenthèse comme ça, ce blogue va célébrer son cinquième anniversaire en avril prochain. J’en suis très fier. C’est pour ça que je ne m’en fais pas trop, trop avec mon assiduité à l’écriture. Ça va revenir!

En une phrase ou deux, j’en profite pour exprimer mes meilleurs vœux pour l’année 2017. Santé et réalisez tous vos projets!

Statistiques en vrac

Un automne au ralenti pour French Coding

Décidément, l’année 2016 aura été une année de hauts et de bas.

Pour ceux qui me suivent depuis un moment, vous aurez remarqué que ça fait déjà quelques semaines que je n’ai rien publié. Rassurez-vous, je vais bien. Même très bien. C’est seulement l’inspiration qui manque. Il n’y a plus d’essence dans le réservoir.

Toutes les semaines, j’ouvre l’interface de gestion des billets dans WordPress et c’est le néant. Aucune idée ne me vient à l’esprit. Même que ma liste de billets en brouillon est maigre et, dans la majorité des cas, peu inspirante et désuète.

Il faut dire que cet automne a été très occupé. Les parents d’enfants me comprendront. Avec le retour au travail de ma conjointe en septembre, il me semble que les soirées sont très, très courtes. Ce n’est pas que ça. Je pourrais aussi énumérer la liste des excuses qui ont fait en sorte que j’ai préféré procrastiner plutôt que de botter les fesses à écrire.

C’est aussi un peu ça: des excuses. J’ai remarqué que j’ai arrêté l’habitude de prendre le temps d’écrire. Aussi bidon que ça puisse paraître, prendre le temps d’écrire quelques phrases me permettait de démarrer la portion de mon cerveau qui sert à créer des textes. Quelques mots ou quelques phrases peuvent, parfois, faire en sorte que cinq cents mots plus tard un texte soit né.

French Coding a toujours été une plateforme d’exploration et un exutoire technologique pour tout ce qui m’intéresse et que je n’arrive pas à toucher autrement. Il est là le plan de match. Me remettre en marche avant et redémarrer la machine à écrire.

Pourtant, ce n’est pas les choses qui manquent à découvrir dans le monde du développement logiciel. C’est vraiment que j’ai procrastiné comme un champion ces derniers temps. Vivement le temps des fêtes qui arrive. Ce sera une période parfaite pour tenter de cumuler quelques billets en avance pour mieux procrastiner plus tard ;-)

À bientôt!

French Coding célèbre ses quatre ans

Le 12 avril 2012 aura été la date de naissance de ce blogue. Cette journée-là, j’ai publié le billet « Firefox – Nouvelles fonctionnalités d’inspection« . À l’époque, si je me fie à Wikipedia, la version de Firefox en vigueur était Firefox 11. La fameuse version de l’inspecteur 3D. Au moment d’écrire ceci, Firefox 45.0.1 est le navigateur du jour.

Quatre ans, ça passe incroyablement vite. Publier des textes sur une base hebdomadaire m’a donné la possibilité d’explorer une variété de sujets. À quelques reprises, en particulier dans la dernière année, je me suis googlé afin de m’assurer que je n’avais pas déjà abordé un sujet en particulier.

La principale constatation que j’ai, en me relisant, sur l’évolution de mon style d’écriture avec le temps. C’est un brin d’humour que je constate que mes premiers billets avaient l’air d’un travail de recherche d’écolier. J’abordais les sujets avec une sorte de rigidité du débutant. Un bon exemple de cela est le billet que j’avais dédié à l’histoire du WebGL.

À l’époque, je n’avais pas réellement de but précis pour ce blogue. Mon intention principale était de me dégourdir les mains et la tête, car ma vie professionnelle était dans un plateau. Le concept est, tant qu’à bidouiller sur des projets de développement pour apprendre, aussi bien de prendre la peine d’en écrire les tenants et les aboutissants.

Au début, je n’étais vraiment pas certain de la durée de ce projet. À un point tel que j’ai attendu quelques semaines avant de sortir du placard pour annoncer publiquement que j’étais un « blogeur ». Je n’aime toujours pas ce terme, d’ailleurs.

J’ai même attendu au mois de juin 2012 avant d’acheter frenchcoding.com. Il m’a fallu attendre à la fin du mois de janvier 2013 pour payer le 13$ pour me permettre d’associer officiellement le blogue au domaine.

Ce qui a débuté comme un moyen de m’occuper est devenu une réelle passion. L’habitude de prendre les quelques heures par semaine qu’il faut pour monter un billet s’est ancrée profondément dans ma routine. C’est ainsi que je suis là aujourd’hui à écrire à propos du quatrième anniversaire de ce blogue.

Une petite anecdote en guise de conclusion. La semaine dernière, je suis allé travailler au studio d’Ubisoft à Bucarest pour un projet. En me présentant à un des collègues roumains, il me regarde et me dit « ah! The French Coding guy. Interesting! ». Il s’avère qu’il m’avait googlé quelques minutes avant afin de savoir qui j’étais.

J’ai été surpris à ce moment-là. Il s’avère que c’est effectivement moi French Coding. J’ai réalisé que ça me fait une pas pire carte de visite.

Le temps me manque parfois pour continuer à écrire à la même cadence qu’à une certaine époque. Avec les enfants, la course à pied, la vie, en général est assez chargée ces temps-ci. Le blogue, malheureusement, écope un peu. Ceci étant dit, la flamme est toujours présente.

Longue vie French Coding!

Bonne fête French Coding: deuxième anniversaire!

Le 12 avril prochain est la date de naissance de ce blogue. Bonne fête à moi-même!

crazy-kid-birthday-gif[1]

J’ai envie de réécrire la même chose que j’ai écrite l’an passé. Écrire sur ce blogue me permet d’expérimenter et de réfléchir sur un paquet d’idées.

Sans blague, j’ai énormément de plaisir à le faire. Ce qui me fait encore plus planer, c’est ce graphique:

visites-fc

Ça, c’est l’importance qu’accordent les visiteurs à mon travail. Le nombre croissant de visites est le meilleur cadeau que je puisse recevoir. Ça fait chaud au cœur. Merci.

À quelques reprises, j’ai eu envie de prendre une pause ou de simplement arrêter. Que mon temps était mieux investi ailleurs. À tous les coups, après une journée ou deux, je retourne à l’écriture. L’écriture finit par être quelque chose qui me chatouille les doigts. Il y a toujours quelque chose à découvrir, à documenter.

Découvrir, documenter. C’est ça la raison d’être de French Coding. Après deux ans, j’aime encore plus qu’au départ écrire!

En plus, je trouve que mon français écrit s’est amélioré.

Il y a une chose que je répète souvent à mes amis au sujet de ce blogue. Trop souvent on voit des gens partir un blogue sur un coup de tête et le laisser à l’abandon après un ou deux billets. C’est la dernière chose que je souhaitais avec cette aventure.

Principalement parce qu’il s’agit d’une trace à l’encre indélébile sur le web et surtout parce que je ne suis pas du genre à commencer quelque chose sans le finir.

Statistiques en vrac